Basilic

Histoire :basilic-1.jpg
Le basilic, plante condimentaire aux feuilles vertes, rouges ou pourpres, est désormais le pilier des gastronomies méditerranéennes, notamment italienne et provençale. Il en existe plus de 150 variétés. Cultivé sous serre, cette herbe est disponible toute l'année mais, amatrice de climats tropicaux, c'est en été qu'elle pousse spontanément et qu'elle est le plus riche en arôme. N'hésitez pas, la saison venue, à en faire pousser sur votre balcon, à l'abri du vent et du froid, pour profiter de ses jolies fleurs blanches et de son odeur enivrante.
 
Originaire d'Inde, le basilic était déjà considérée, il y a 4 millénaires, comme une herbe sacrée, offerte aux divinités Vishnou et Krishna. Il a ensuite conquis l'Asie et l'Égypte. Il entrait d'ailleurs dans le processus de momification, car les Égyptiens lui découvrirent très tôt des propriétés antibactériennes et de conservation.
Par la suite, il est arrivé en Grèce et à Rome. Récolté par le basileus (souverain) selon des rites mystérieux, c'était une herbe royale et un symbole de fertilité. Là, on se mit aussi à l'utiliser comme ornement, en cuisine mais surtout en pharmacopée.
Beaucoup de civilisations l'ont associé à des rites mortuaires : glissé entre les mains des défunts, il était censé les protéger dans leur passage vers l'au-delà.
Au fil des siècles, il a gagné l'Europe méridionale puis, aux 16ème et 17ème siècles, l'Angleterre et les États-Unis.
 
Le terme « basilic », qui est apparu dans la langue française en 1120, désignait à l'origine un serpent mythique dont le regard pouvait tuer, à moins qu'on ne l'ait aperçu le premier. Le mot vient du bas latin basilicum qui l'a emprunté au grec basilikos, « petit roi ». Ce n'est qu'en 1398 qu'on a commencé à l'employer pour désigner l'aromate, possiblement parce que, selon certains, son arôme est tel, qu'il peut figurer sur la table des rois, ou qu'il faisait traditionnellement partie d'un onguent ou d'un médicament magistral.
Il porte aussi les noms d’« herbe royale », d’« oranger des savetiers », d’« herbe aux sauces », de « pistou », ce dernier mot, d'origine provençale, signifiant « broyer, piler », tout comme pesto d'ailleurs, son équivalent italien.
 
Comment choisir ?
Choisissez-le de préférence frais, car séché il a déjà perdu beaucoup de sa saveur. Ses feuilles doivent être bien vertes, lisses et sans tâches.
Le basilic se présente en brins ou en bouquets, mais il peut aussi s'acheter en pot, ce qui permet d'en avoir jusqu'à l'automne.
 
Comment conserver ?
Conservez-le 2 à 3 jours seulement dans le bac à légumes du réfrigérateur, à l'abri dans un sac en plastique perforé. Il se garde plus longtemps immergé dans de l'huile (qu'il parfume délicatement).
Sec, il perd tout son parfum et il vaut mieux le congeler ciselé.
Une fois ciselé, on peut le congeler en le recouvrant d'eau dans un bac à glaçons : facile à doser et à décongeler.
 
Comment le préparer :
Il faut l'effeuiller avant de le ciseler car ses tiges sont parfois coriaces.
On peut aussi l'écraser au mortier pour faire éclater les cellules qui contiennent l'huile essentielle et mieux libérer ses arômes.
 
Calendrier de commercialisation :
Le basilic est meilleur au mois de juin, juilet et aout.
 
Nos recettes :basilic-2.jpg
 
 
 
 
Suggestions d'utilisation :
Consommez-le en feuille entière ou ciselé. Pour profiter de tout son arôme, préférez l'écraser au pilon dans un mortier, avant de l'incorporer aux sauces, aux vinaigrettes, aux salades, aux poêlées de légumes ou de champignons.
 
Il aime toutes les pâtes et met en valeur les légumes du soleil : poivrons, tomates, courgettes et aubergines.
Il apprécie également les fromages frais (chèvre, mozzarella, brousse ou ricotta), et relève les sauces à base de tomate ou les vinaigrettes à base d’huile d’olive et/ou de citron.
 
Le basilic est incontournable lorsqu’on prépare des carpaccios de légumes, de viandes ou de poissons.
Les fines tranches sont arrosées de citron, généreusement recouvertes d’huile d’olive et parsemées de copeaux de parmesan. Le basilic, ciselé ou en feuilles entières, vient relever l’ensemble.
 
Poissons et viandes blanches grillés ou mijotés se marient également très bien au basilic, de même que les œufs ou, plus original, le bœuf sauté.
 
Quant aux fruits, ils s’accommodent très bien d’une touche de basilic pour des desserts originaux et savoureux : la fraise, l’abricot, le citron ou encore l’ananas seront agréablement mis en valeur par une pointe de basilic.
 
La cuisine provençale et italienne en ont fait leur condiment de référence, pas étonnant alors qu'il aime tant être mêlé à de l'ail, du citron, du thym et à de l'huile d'olive, autres piliers de ces gastronomies. Le basilic est d'ailleurs indispensable à la soupe au pistou et au pesto (basilic et ail hachés arrosés d'huile d'olive, pignons de pin et parmesan en plus pour la version italienne). Les Thaïlandais possède également leur variété, plus puissante et poivrée, qu'ils utilisent abondamment dans leur cuisine.
 
Enfin, une branche de basilic glissée dans une bouteille de vinaigre l'aromatisera subtilement. On en fait aussi une liqueur, la Chartreuse.
 
Mieux connaître :
Le basilic ( Ocimum ) commun est une plante annuelle de 20 à 60 cm de haut, à feuilles ovales-lancéolées, atteignant 2 à 3 cm. Les feuilles vont du vert pâle au vert foncé, parfois pourpre violet chez certaines variétés.
Les tiges dressées, ramifiées, ont une section carrée comme beaucoup de labiées, elles ont tendance à devenir ligneuses et touffues.
Les fleurs, bilabiées, petites et blanches, ont la lèvre supérieure découpée en quatre lobes. Elles sont de petite taille et groupées en longs épis tubulaires, en forme de grappes allongées.
Les graines fines, oblongues, sont noires.
 
On connaît environ 50 espèces d'Ocimum et des dizaines, voire des centaines de variétés. Sélectionnées en divers endroits du globe, elles présentent des caractéristiques spécifiques, notamment leur teneur en huiles essentielles, qui peut varier considérablement d'une variété à l'autre et en influencer fortement la saveur. Ainsi en est-il du basilic thaïlandais, à dominante de réglisse. On trouve aussi des variétés à arôme de cannelle, de citron, de lime et de camphre. La taille des feuilles varie également, allant de la lilliputienne feuille du basilic grec à celle, immense, du basilic laitue, qui peut atteindre les 10 cm.
 
Quant à la couleur des feuilles et des fleurs, elle va du vert tendre au rouge pourpre en passant par de nombreuses nuances, ce qui fait de certaines variétés de splendides plantes ornementales. D’autres, de saveur peu agréable, sont employés pour leurs vertus médicinales. C'est le cas du basilic de l'ouest de l'Afrique, apprécié dans cette partie du monde pour ses propriétés antiseptiques (à cause de sa richesse en thymol). Enfin, une variété portant le nom de basilic sacré sert en Inde dans les rituels religieux consacrés au dieu Vishnou.
 
Pour le faire pousser chez soi, direction la fiche jardinage, Le basilic.
 
Ses bienfaits :
Plante condimentaire très parfumée, le basilic donne une saveur sucrée et citronnée à de nombreux mets. Et ses atouts ne s'arrêtent pas là, puisqu'il fournit une quantité non négligeable de vitamine C, tonique, ainsi que de vitamine A, antioxydante. Par ailleurs, le basilic est une source très intéressante de calcium et de phosphore, des minéraux essentiels au bon développement du tissu osseux.
 
N'ayez pas peur d'avoir la main lourde avec le basilic et d'en parsemer généreusement vos préparations, cela n'aura aucune incidence sur votre ligne (27 Kcal/100g).
 
Réputée depuis des millénaires pour ses vertus thérapeutiques, notamment contre les verrues et la déprime, on lui en attribue encore aujourd'hui. Il est ainsi utilisé en infusion ou en décoction pour ses propriétés digestive, apéritive, laxative, tonique et fébrifuge. Il calme aussi efficacement les maux de gorge ainsi que la nervosité.
 
Enfin, sa richesse en camphre lui confère des vertus anti-rhume, puisqu'il dégage les voies respiratoires, et antiseptique. En gargarisme, en effet, il soulage les infections buccales et en cataplasme, les démangeaisons. Peut-être est-ce aussi la raison pour laquelle un pot de basilic posé sur le rebord de la fenêtre tient mouches et moustiques éloignés. Bon à savoir pour passer sereinement ses soirées estivales...

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.